Les Shadoks au MIAM

800x600_shadoks-1280x1024-1222-2599854Du 18 juin au  06 novembre 2016

Musée International des Arts Modestes
23 quai Maréchal De Lattre de Tassigny
34200   SETE

Après avoir fait l’objet d’une exposition chez les Libraires Associés puis d’un article dans le n° de Mémoire d’Images : “Déchiffrons les chiffres” les Shadoks sont de retour en grande pompe !

Le MIAM présente l’exposition « SHADOKS ! Ga Bu Zo Miam », manifestation d’envergure qui propose à la fois un retour sur la genèse de cette extraordinaire aventure artistique, audiovisuelle et culturelle, et une investigation de son héritage au travers d’œuvres d’aujourd’hui.

Le 29 avril 1968 à 20h30 précises, les SHADOKS atterrissent sur « les étranges lucarnes ». Atterrissage réussi : en quelques jours, ces petits personnages, mi-hommes mi-oiseaux, occupent le devant de la scène, suscitant un débat sans précédent entre « pour » et  « contre ».

Créateur des SHADOKS, Jacques Rouxel (1931 – 2004) est resté un auteur modeste et discret.

Près d’un demi-siècle plus tard, que reste-t-il de cette oeuvre inclassable ?
En réponse à cette question, le Musée International des arts modestes (MIAM) présente l’exposition « SHADOKS ! Ga Bu Zo Miam », manifestation d’envergure qui propose à la fois un retour sur la genèse de cette extraordinaire aventure artistique, audiovisuelle et culturelle, et une investigation de son héritage au travers d’oeuvres d’aujourd’hui.

Pour la première fois, les documents originaux (dessins préparatoires, plans, storyboards, celluloïds…) créés par Jacques Rouxel comme autant d’étapes du process de création des SHADOKS,  les documents promotionnels (affiches, brochures, presse…), et les produits dérivés  (BD, Comic strips, figurines…)  sont présentés en confrontation avec des oeuvres d’artistes contemporains cultivant les mêmes questionnements existentiels : « pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué », « rien ne se perd, tout est dans tout », « ne pas savoir où l’on va »…

Il y est question de l’apprentissage du langage et des savoirs (« oublier pour apprendre ») sur fond de machines improbables et de conquête de l’espace.
En bref, il s’agît de « raconter des choses qui ne veulent rien dire ».

L’exposition montre entre autres des oeuvres de Ben, Gilles Barbier, Michel Blazy, Patrice Carré, Delphine Coindet, Gérard Collin-Thiébaut, Eric Duyckers, Raymond Hains, Joel Hubaut, Alain Jacquet, Alfred Jarry, Lamouroux/Zarka, Miro, Régis Perray, Emmanuel Pereire, Alain Séchas, Taroop & Glabel, Jean Tinguely, Niek Van De Steeg.

L’exposition SHADOKS ! est conçue et réalisée par le MIAM en partenariat avec aaa production et l’Institut national de l’audiovisuel (Ina).

Les commentaires sont fermés.