René Moreu

René Moreu nous a quitté samedi 16 mai 2020. Il aurait eu 100 ans en novembre prochain.

Il y a même un communiqué de l’Elysée !!!

Dans un communiqué lundi soir, 18 mai, le président Emmanuel Macron a salué “l’engagement de l’homme et le talent de l’artiste”, adressant “ses condoléances émues à sa famille, à ses proches et à tous ceux dont l’enfance a été égayée par ses illustrations”.

La galerie Mirabilia lui rendra hommage cet été avec l’exposition, “Scènes de la vie jardinière”.
René Moreu nous a quittés quelques mois avant de fêter ses 100 ans.
Né en 1920, il passe son enfance et sa jeunesse à Marseille. A 15 ans, il se forme à l’imprimerie dans un grand quotidien et fréquente dans le même temps l’atelier Cadenel. A 20 ans il entre en résistance mais en 1943 il est frappé d’une grave maladie rétinienne qui le laissera désormais dans un état de profonde malvoyance.
Il se remet à peindre dans les années 60, réalisant des gouaches et collages, puis travaillant une peinture matière pour la série des Morilles et des Floraisons murales. De 1974 à 1990, le collage d’objets trouvés puis de papier façonné en boulettes l’amène à composer les Rustiques, les Collages-reliefs et la série des Poèmes verticaux. Avec les Casiers mirobolants, il inaugure une nouvelle manière de composer en peinture: le tableau devient jardin à la française. Le retour à la peinture s’opère dans les années 90, avec les Jardins noirs, puisles Pictogrammes à partir des années 2000. Depuis toujours, il pratique en parallèle le dessin à la craie et au feutre, dans un tracé d’une grande liberté qu’il qualifie de végétal.
On peut rattacher René Moreu au courant des grands singuliers de l’art tels Louis Pons, Philippe Dereux, Armand Avril, Fred Deux, Pierre Bettencourt, réunis autour de la revue l’Oeuf sauvage, qu’il contribua à créer.
En juin 2020 sera publiée chez Actes sud une importante monographie: “René Moreu, l’oeil nu”,  sous la direction de Jean Planche et Mario del Curto, photographies de Mario del Curto.
“Le royaume dont nous nous réclamions sans qu’il soit vraiment besoin de le revendiquer, était enclos dans les limites d’un jardin. Pourtant, il contenait sans contrainte l’immensité de la Merveille, cette vie végétale “jonchée de réminiscences” où il était si bon de s’immerger, de disparaître.”
                                                                                                            Jean Planche, 18 mai 2020
Pour voir les œuvres de René Moreu à la galerie :

A l’occasion de cette exposition un magnifique livre/monographie éditée par Acte Sud principalement sur l’œuvre peinte de René Moreu : “René Moreu, l’œil nu” 36 euros

 

Une autre exposition a lieu cet été au château de Ratilly :

27 juin au 31 octobre 2020

Ratilly côté jardin, Hommage à René Moreu.
Peintures, dessins, collages

Journée de rencontres et vernissage de fin d’été le 12 septembre 202

Château de Ratilly –
89520 Treigny Yonne – 03 86 74 79 54 – chateauderatilly@orange.fr

Egalement :
un article de Cécile Boulaire :

« Avec lui, c’est plutôt la ligne pas claire »: hommage à René Moreu

et un article de Dominique Thibaud (galerie Mirabilia) dans l’excellente “(La) revue des livres pour enfants” édité par la BNF de juin 2020.

Les commentaires sont fermés.