Portraits d’Afrique(s) et d’ailleurs

Gopal Dagnogo : portraits d’Afrique(s) et d’ailleurs

Bibliothèque Faidherbe
18-20 rue Faidherbe
75011 Paris

Du 25 février au 22 avril 2017
Inauguration en présence de l’artiste jeudi 9 mars à 19h.

Nous les gueux / nous les peu / nous les rien / nous les chiens / nous les maigres / nous les Nègres…*

Fondateur en 1934, avec ses amis Aimé Césaire, martiniquais, et Léopold Sédar Senghor, sénégalais, de la revue L’étudiant noir, Léon-Gontran Damas est l’une des grandes voix de la Négritude. Senghor définit ce vaste mouvement comme “l’ensemble des valeurs de civilisation du monde noir” (INA, 1963). Pour Césaire, il s’agit de “la simple reconnaissance du fait d’être noir, et l’acceptation de ce fait, de notre destin de noir, de notre histoire et de notre culture. » (Liberté 3). Né à Cayenne en 1912, mort à Washington en 1978, député, délégué auprès de l’Unesco, professeur d’université aux USA, L.-G. Damas est avant tout ce poète “jazzy” au verbe cadencé mais révolté, ardent défenseur de l’altérité. Ses recueils : Pigments (1937), Graffiti (1952), Black-label *(1956), Névralgie (1966) sont disponibles aux éditions Présence Africaine et Gallimard.

Léon-Gontran Damas, un poète jazzy, par Gopal Dagnogo

Artiste-peintre né en 1973 à Abidjan, travaillant et vivant en France, exposé en Europe, au Moyen-Orient, en Afrique, Gopal Dagnogo est également illustrateur pour le compte des Editions À dos d’âne. Outre le Léon-Gontran Damas, un poète jazzy, écrit par Nimrod, nous lui devons la mise en images de six autres biographies, parues dans la collection Des graines et des guides, dont nous exposerons les originaux aux côtés de toiles récentes.

Les commentaires sont fermés.