L’histoire du manga

 

  • Exposition “Manga, un art populaire”
  • Salle Miklos – Centre Culturel Aragon
  • 88Bis Cours de Verdun, 01100 Oyonnax
  • jusqu’au 22 avril 2017

A travers une collection unique constituée de pièces rares, certaines vieilles de plusieurs siècles, les visiteurs découvrent les origines et l’histoire de cet art japonais qui rencontre un immense succès en France. Les estampes japonaises et les mangas présentés à Oyonnax appartiennent à un collectionneur, Pierre Stéphane Proust. Il s’agit de pièces exceptionnelles qui permettent de remonter aux origines de cet art. A découvrir notamment la reproduction d’une pièce du XIIe siècle qui illustre la vie dissolue des moines de l’époque. Il y a aussi les carnets de croquis d’Hokusai, un artiste japonais qui réalisa des estampes au XIXe siècle.
Les maîtres du manga de l’époque qui se nourrissaient beaucoup du folklore nippon et des colporteurs ont contribué à son développement. Dans les années 1920 et 1930, des conteurs se rendaient dans les villages et les quartiers pour raconter des histoires aux enfants. C’est ce qu’on appelle le Kamishibai, un art traditionnel japonais qui mêle le conte et l’illustration. Les dessins naïfs présentés par ces colporteurs ont servi de base au Manga moderne.
Le premier Manga  a avoir rencontré le succès en France est Akira de Katsuhiro Otomo. Un coup de maître que l’on doit à Jacques Glénat, à la tête de la maison d’édition du même nom. D’autres grands succès ont suivi comme celui de Nicky Larson ou encore Astroboy. Les années 2000 ont marqué l’âge d’or des mangas avant un début de déclin en 2010. Malgré une baisse des ventes, la France et la bande-dessinée japonnaise continue d’entretenir une belle histoire d’amour.

 

Les commentaires sont fermés.