Roman Cieslewicz

MUSÉE DES ARTS DÉCORATIFS

Du 3 mai au 23 septembre 2018

107, rue de Rivoli, 75001 Paris

Difficile d’imaginer que Roman Cieslewicz fut, à son arrivée à Paris en 1965, assistant de Peter Knapp, le directeur artistique du magazine Elle. Et pourtant, l’artiste originaire de Pologne a mis ses talents de graphiste au service de différentes institutions, du Parti Communiste à la Centrale de distribution des films, en passant par le magazine d’art contemporain Opus international, dont les couvertures sont devenues des icônes de la contre-culture des années 60. Car cet artiste de la seconde moitié du XXe siècle (1930–1996) est en fait une figure majeure de l’Ecole de l’Affiche polonaise. Publicité, édition, illustration : les différents médiums qu’il a explorés sont réunis dans cette exposition qui traduit son point de vue sur le monde. Cela n’a rien d’étonnant, Roman Cieslewicz était également un homme engagé et son art représentait pour lui un moyen de faire écho à l’actualité. Féru de presse, il la consultait quotidiennement et classait les articles par thèmes. Parmi ses sujets de prédilection : l’œil, la main, le cercle – souvent mis en scène de manière surréaliste et sombre – ou encore des figures comme le Che ou La Joconde. Cette dernière, dont il réalisa une série de collages répétitifs, lui fut d’ailleurs inspirée par l’esprit pop-art naïf du célèbre magazine féminin… Rien ne se perd, tout se fabrique ?

Les commentaires sont fermés